Nos Vins

A.O.C. Châteaumeillant – Rouge


Garde 6 à 8 ans

Cuvée Domaine

Les raisins sont issus des parcelles les plus en altitude du Domaine – 350 m. Sur les collines affleure la roche mère : Le Micaschiste, appelé plus couramment le granit Rose. Une pierre très dure avec des reflets ocre et rose dont le cépage Gamay est un allié de longue date ici et dans les grands crus du Beaujolais. La typicité des vins et la marque du terroir se retrouvent à la dégustation. C’est une cuvée qui se donne toujours un peu plus de temps pour s’ouvrir. Les arômes de fruits rouges et le côté épicé apparaissent dès sa jeunesse. Le temps laisse apparaître des fruits plus compotés et la légère amertume de jeunesse laisse place à une « sucrosité » discrète.

Cuvée Parenthèse

Cet îlot de parcelles se situe sur les terrains sédimentaires d’origine tertiaire. Elle symbolise la région naturelle Boischaut-Marche, frontière entre les deux grandes régions naturelles que sont le Bassin Parisien et le Massif Central. Une parenthèse entre deux grandes formations géologiques françaises. Une partie des raisins issus de cette parcelle permet d’élaborer les Rosés. Les Rouges sont toujours très friands, gourmands avec des tanins très fondus. Ils s’ouvrent sur des fruits rouges, cassis, framboises très tôt dans la saison qui suit les vendanges.

Cuvée Rêvésens

Issue d’une petite parcelle – 58 ares – située en bordure du département de l’Allier. La roche mère, le micaschiste, imprègne le sol sans laisser de traces d’éléments grossiers. Une caractéristique que l’on retrouve chaque année dans les raisins que l’on réserve pour les rouges exclusivement. La finesse des tanins et la complexité des arômes se reconnaissent sur cette cuvée. Les anciens qui avaient connus la grande époque de la vigne sur Vesdun – fin XIXe, début XXe siècle – décrivent, ici, des terroirs d’exception. À raison.

Rosé – Gris


Garde 2 ans

Cuvée Domaine

Issu d’un pressurage direct des raisins en provenance des parcelles qui ont donné le nom au Domaine lors de sa création, cette cuvée porte la signature de l’origine de l’appellation Châteaumeillant. La fraîcheur et la délicatesse des arômes ressortent dès la jeunesse du vin au mois de février. Arômes d’agrumes et de fleurs blanches, ce sont les vins qui font chaque année découvrir le nouveau millésime. Dès le mois de mai, le vin s’ouvre complétement et la plénitude du Rosé apparait pour l’été.

Blanc en I.G.P.


Garde 5 ans

Nuit Blanche

Le Chardonnay démontre sur ces parcelles ses capacités d’adaptation à de nombreux terroirs. Les vins sont toujours très souples, avec beaucoup de gras. Bien souvent des arômes de coings l’emportent complètement. On reconnait les qualités de vieillissement de ce cépage sur nos anciens millésimes. Nuit / Blanche : contraste de couleurs, d’opposition des possibles symbolise l’entrée dans le nouveau siècle par la date de plantation en 2003. C’est aussi le moment où les paysages du Chaillot ont retrouvé la parure entièrement viticole du début des années 1900.

Cuvée Sainte Agathe

Le Tressailler, autrement appelé Sacy, vient des terres du Bourbonnais qui jouxtent les parcelles du Domaine. Ce cépage a vécu un âge d’or lorsque la famille de Bourbon avait ses entrées à la cour du roi Louis XIV. Le vin supportait bien les voyages jusqu’à Paris grâce à une acidité naturelle élevée. On ne connaissait pas les sulfites. Donc pas besoin de s’arrêter aux vinaigreries d’Orléans. L’acidité n’étant plus du goût actuel et la maîtrise des doses de sulfites une réelle avancée, la possibilité de redécouvrir ce cépage sous un autre angle fut possible. Ainsi des rendements faibles (30 hl/ha) grâce aux vendanges vertes pratiquées sur tout le Domaine et une récolte à bonne maturité ont révélé des vins d’une grande finesse aromatique et d’une belle élégance.

cuvee-eugene-domaine-du-chaillot

Cuvée Eugène

vin-domaine-du-chaillot-picot

Cuvée Gouget Noir

L’expérience du Tressailler m’a conforté dans l’idée de retrouver les arômes perdus. La recherche de cépages anciens de la région m’a conduit tout naturellement au Gouget Noir. Ce cépage, cousin du Gamay Noir, se cultivait de Montluçon à Chateaumeillant fin XIXe début XXe siècle. Sa disparition était presque arrivée à son terme lorsque j’ai entrepris, avec le Lycée Jean Moulin de Saint-Amand-Montrond, de rechercher dans les vignes familiales des environs de Montluçon (Domérat) les derniers pieds de Gouget Noir afin de les faire se reproduire et redémarrer une production. Aujourd’hui, c’est environ 400 pieds qui permettront en 2022 de déguster à nouveau ce cépage dont plus personne n’a vraiment le souvenir des arômes.